Principes d'évaluation en matière de la détermination du bénéfice commercial

  • Les buts poursuivis par les lois commerciales et les lois fiscales ne sont pas nécessairement identiques. Tandis que les règles d'évaluation valables en matière commerciale sont des règles d'évaluation maximale, limitant l'évaluation vers le haut mais non vers le bas, les règles d'évaluation valables en matière fiscale contiennent - en dehors des prescriptions concernant les évaluations maximales - des dispositions concernant les évaluations minimales.
  • L'évaluation doit se faire d'après les principes suivants :
    1. la situation à la date de clôture est déterminante pour l'évaluation en fin d'exercice ; l'exploitant peut tenir compte des faits et circonstances qui ont existé à cette date et dont l'existence ne s'est révélée qu'ultérieurement, mais avant la date de l'établissement du bilan (par exemple : insolvabilité d'un client lors de l'évaluation de la créance);
    2. l'évaluation doit se faire distinctement pour chaque bien qui, à la fin de l'exercice d'exploitation, fait partie de l'actif net investi; toutefois, quand il s'agit de biens semblables quant à l'espèce et à la valeur, l'évaluation peut avoir lieu en bloc;
    3. les amortissements, lorsqu'ils sont obligatoirement prescrits, ne peuvent être récupérés ultérieurement si l'exploitant a sciemment omis de les pratiquer;
    4. les valeurs retenues au bilan de clôture d'un exercice d'exploitation doivent correspondre aux valeurs du bilan d'ouverture de l'exercice d'exploitation suivant;
    5. il n'est pas permis d'augmenter le résultat de l'exercice d'exploitation des bénéfices non réalisés, tandis que les pertes non réalisées peuvent influencer le résultat d'exploitation;
    6. les valeurs du bilan fiscal doivent correspondre aux valeurs du bilan commercial pour autant que ces valeurs sont conformes aux prescriptions fiscales;
    7. l'exploitant doit suivre des procédés d'évaluation constants, à moins que des raisons économiques n'en justifient une modification.
  • En principe, l'évaluation se fait d'après le prix d'acquisition ou le prix de revient. Dans des cas bien définis, la valeur d'exploitation peut être mise en compte.
  • Voir aussi :

Retour au glossaire

Dernière mise à jour